Etre femme de pompier volontaire c'est...

Publié le par Ker Mary

Ceux qui ne suivent pas mon blog depuis son début, il y a 5 ans, ne savent sans doute pas que mon homme est pompier volontaire.

Voilà presque huit ans que nous sommes ensemble et finalement être femme de pompier je me rends compte que ça évolue avec le temps.

Je vais donc vous résumer ce que c'est qu'être femme de pompier volontaire (ceci est ma vision propre, j'en connais qui vois les choses sous un angle bien différent):

Etre femme de pompier c'est :

  • chercher comment une personne non initié parle des VSAB,VTU, FTP et autres VL.... ah oui ils appelent ça des camions de pompiers.
  • se faire réveille à 3h du mat' par un Bip la seule nuit où notre fille à décider de ne pas se réveiller.
  • se rendormir à 3h15 du mat' et prendre toute la place dans le lit vide et chaud.
  • être blassé des accidents et savoir bloquer son cerveau pour éviter à l'angoisse de s'installer en nous empechant de se rendormir.
  • savoir que les accidents ça n'arrive pas qu'aux autres
  • se dire qu'au moins si ça nous arrive son homme saura gérer
  • avoir le risque que ça nous arrive à la caserne ( ma fille contre un camion de pompier... le camion n'a rien eu ma fille 7 points de suture).
  • savoir qu'un pompier décédé sur 3 est mort sur le chemin entre la caserne et son domicile.
  • acheter une maison proche de la caserne pour éviter cette statistique
  • se retrouver seule en tête à tête avec sa belle mère pour les 2 ans  de son fils, les 4 autres présents ayant été bippé (ça marche aussi avec l'ouverture des cadeaux de noël).
  • en profiter pour entrainer son fils à souffler ses bougies.
  • savoir que pimpon sera l'un des premiers mots prononcé par ses enfants... oui oui avant maman
  • avoir toujours un thème sous la main pour la déco ou la cuisine
  • savoir que ses enfants peuvent se retrouver orphelin du jour au lendemain
  • se dire que c'est pour empêcher d'autres enfants d'être orphelin
  • se retrouver seule avec les gamins plusieurs soirs par semaine/tous les samedis après midi/1 dimanche matin sur deux
  • savoir que pendant ce temps là il est en train de sauver le monde (appeler le Bruce Willis)... bon peut être pas le monde mais au moins un chat (on me souffle que les chats n'ont plus le droit à l'échelle des pompiers)... bon bah au moins à relever une vieille dame ou à apprendre aux autres à le faire.
  • économiser les tours de manèges (même avec l'habitude monter dans un camion de pompier est aussi marrant qu'un tour de manège).
  • savoir que les pompiers sont une grande famille mais comprendre que comme dans toutes les familles il y a des cons.
  • répondre aux copains de ses enfants qu'on n' est pas pompier parce qu'il faut bien quelqu'un pour garder les gosses (et accesoirement parce qu'on ne supporterait ni le sang, ni la souffrance des gens).
  • dompter ses angoisses et accepter sa solitude parce que à notre manière être femme de pompier et permettre à nos hommes d'exercer leur passion c'est aussi un peu être soit même pompier (oui c'est la version je me la pète un peu).

 

Etre femme de pompier volontaire c'est...

Publié dans Pompiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aude 25/11/2015 16:08

bonjour, moi aussi cet article me parle beaucoup, ça fait 11 ans que je partage ma vie avec un pompier volontaire, en effet au début j'étais très fier de lui, on passait de bons moments avec ses collègues, mais il y avait toujours cet attrait pour la caserne qui m'a toujours dérangé, il a fait pas mal d'effort depuis la naissance de nos enfants il ne fait plus partit du bureau de l'amicale, il ne fait plus les cours au JSP aussi, c'est certainement un relexe égoïste de ma part mais j'ai du mal à accepter son temps passer à la caserne, je pense que c'est du en partie au fait que je ne partage pas du tout sa passion, un peu de jalousie aussi qu'il ai quelque chose qui l''intéresse autre que nous, et au fil des années j'en viens même à détester sa caserne. Je n'ai pas envie d'aller à sa p..... de st barbe, je sais que ça lui fait plaisir que je soit là, donc j'y vais , l'année dernière j'y ai échappé car je venais d'accoucher. Bref je suis fier qu'il soit pompier mais ça s'arrete là, et j'ai horreur que les gens demande à mes enfants si ils veulent être pompier "comme papa" et que eux repondent oui. Il adore les emmener à la caserne, c'est très bien, les enfants adorent mais moi ça me saoule, et ça m’embêterait vraiment que les enfants soient tout les 2 pompiers. Je sais c'est pas bien de dire ça, mais notre seule source de conflit c'est les pompiers. On en parle souvent car il connait mon opinion et j'essaie de faire des efforts, je fais des choses de mon coté quand il est de garde, je lui pose pas de questions, je lui demande plus quand est-ce qu'il rentre, parce que je passe remplir mes planning et je rentre ça dure 2h,la prise de garde s'éternise , etc ... enfin bon je sais qu'un jour il arêtera et là ça ira.
Bref ça fait du bien de dire tout ça car la plupart des gens ne comprennent pas. Merci

Ker Mary 22/02/2016 15:58

Pardon de n'avoir pas répondu à ton commentaire je ne suis pas passée sur mon blog depuis très longtemps. Je suis vraiment désolée que tu le vive aussi mal. C'est sur que ça ne doit pas être marrant quand la passion de son homme se met au milieu d'un couple. Moi je le vis différemment parce que c'est tellement dans le sang de mon homme que finalement s'il n'était plus pompier il ne serait plus l'homme qu'il est. Je veux dire tu lui enlèves les JSP, le pauvre il tournerait en rond comme un lion dans une cage. Je préfère qu'il passe son temps à la caserne plutôt qu'à des entrainements ou des tournois de foot, ou au bar à trainer avec des copains. Parce que ce qu'il fait c'est utile, ça sauve des vies ou ça apprend à d'autres à sauver des vies. Après je crois qu'on le vis toutes différemment suivant nos caractères. Je suis très solitaire donc les soirées de réunions ne me dérange pas plus que ça. Je ne dis pas que ça ne m'agace pas de ne le voir certains week end que le dimanche après midi mais je me dis que s'il a besoin de ça pour être bien dans ses bottes (enfin ses rangers) alors tant pis pour moi. Après la caserne j'y met très peu les pieds. La sainte barbe j'y vais parce que lui vient au repas de mon boulot parce que sinon ça ne m'intéresse pas du tout de passer 4 heures à table. Pour les enfants, ça me saoule aussi qu'on me dise qu'ils seront pompier (et encore on ne me parle que du garçon, pourquoi la fille ne pourrait pas?), je trouve que c'est leur mettre la pression. Ils feront bien ce qu'il voudront quand l'âge sera venu (après mon coeur et mon sommeil de mère je préférerais autant éviter ;-))

didine 29/07/2015 09:48

Tiens il me parle beaucoup cet article. En ce qui me concerne au début que l'on était ensemble j'étais toute éxitée de le voir partir...après j'étais blasée et je lui en voulais à chaque retour d'inter de ne pas m'accorder son peu de temps libre, et puis aujourd'hui au bout de 10 ans je suis fière de lui, on s'y habitue et je sais que notre fille sera aussi fière de lui dans quelques années. Et pour les repas de famille...c'est mon mari, ma soeur et mon frère qui partent en même temps! Imaginez la table lol! Ils sont dans la même garde et 2 sur 3 sont dans DEUX casernes! Une ne suffit pas :)

Ker Mary 29/07/2015 15:15

Deux casernes... effectivement ils doivent décalés souvent. Les gamins sont super fiers de leur papa (et mon grand bisque quand il fait visiter la caserne à ses copains). Bonne continuation et merci d'avoir laissé un petit mot.

dubois 08/03/2015 09:36

C est fou... J aurais pu écrire cet article! 20 ans qu il est pompier.... au début, c est cool.... après quand la famille s agrandit et qu on enchaîne les soirées seules, les dimanches matin à gérer la maison pendant qu il manoeuvre. ... on finit par déprimer. Ses gardes sont pour moi des moments de souffrance : impossible d aller chercher le pain sans emmener les enfants, impossible de faire des trucs de filles: coiffeur, esthéticienne. .... Les enfants ont besoin de quelqu'un à la maison qui est là pour eux et qui ne risque pas de partir d un moment à l autre. Bref... c est la première fois que j écris sur le net.... et je ne sais même pas si ça me soulage! Je passerai sur les vacances au raccourcis car il reprend sa garde, les tournées de calendriers qui pourrissent le mois de novembre où dîner en famille n est plus qu une illusion. Je n évoquerais pas non plus les semaines de congés sans solde pour aller faire des stages.... tout ça mit bout à bout me semble être insupportable. Et J avoue que pour moi... Les camions rouge ne sont plus synonyme de fierté, mais de souffrance morale. Voilà. .. J arrêté là car je sens bien que le sujet est intarissable et le problème insolvable.

Ker Mary 08/03/2015 13:27

Ah mince je suis vraiment désolée de lire une telle souffrance. J'ai la chance d'avoir une belle mère adorable et qui sait bien ce que c'est et qui du coup me soulage énormément pour les enfants ainsi que des parents très présent. Bon courage, les enfants vont grandir, tu verras le bout du tunel

Marie 26/11/2014 16:05

Super article, on parle peu des femmes de sapeurs pompiers volontaires. Étant fille de pompier et depuis quelques années compagne d'un pompier je me reconnais totalement. Il est vrai que c'est pas tous les jours simple mais qu'est ce qu'on est fière d'eux. Merci pour ce super article!

sandrine 10/10/2014 09:45

Merci pour cette article, c'est exactement ce que je vis !!
Tu as su mettre les mots sur les petits et grands moments que nous vivons au quotidien !!
Bonne journée

Ker Mary 10/10/2014 10:28

Contente de savoir que je ne suis pas la seule à penser de cette façon. Bonne journée à toi.

Françoise Andersen 16/05/2014 10:24

Bravo pour cet article á la fois intéressant, humoristique et très émouvant. J'ai une très grande admiration pour les pompiers et maintenant j'en ai aussi, grâce á toi, pour toutes les femmes de pompiers. Je pars dans quelques jours pour le Danemark et je ne sais pas si je serai connectée cette année, mais on se retrouvera à la rentrée.

Martine27 07/05/2014 18:23

Et fille de pompier de Paris c'est aussi quelque chose. Une formation de l'esprit pour la vie et la fierté d'avoir un papa qui sort de l'ordinaire. Mon ressenti est bien sûr différent du tien, pour les enfants vivre dans une caserne c'est une grande aventure, mais pour ma mère je pense que c'était bien ça.

vivi 07/05/2014 08:53

J'aime cet article, plein d'humour, de tendresse, de réalité, de tragique aussi. J'ai toujours été impressionnée par les pompiers. Quand j'étais petite, notre maison donnait sur la place du village, donc sur la "caserne" (juste un grand garage en fait). Nous étions au premier plan quand la sirène se mettait en route (de la fenêtre de la cuisine, nous pouvions voir qui l'actionnait - pas de bip à l'époque), quand les pompiers volontaires déboulaient en trombe, quand certains arrivaient après le départ du camion, quand ils revenaient aussi, sales, fatigués, la tête basse et la mine abattue... C'était très impressionnant pour la petite fille que j'étais. J'y pense souvent, j'ai songé plusieurs fois à en faire un article. Bises, belle journée :o)

Alba 07/05/2014 08:46

Très émouvant,
bises

Béatrice 07/05/2014 08:35

Très beau billet !
Je confirme, monter dans un camion de pompiers, c'est mieux que tous les tours de manège du monde ! (P'tit Mec N°4 en parle encore).

erato 07/05/2014 08:25

J'adore ton article!Le mari de ma fille est pompier sur 3 casernes , ma fille vit exactement cela .
Merci de le dire.
Douce journée, bises Mary