Les pires vacances de ma vie (partie II)

Publié le par Mary

Bon mon fils dort à poings fermés. Mon ménage m'attend mais je vous ai senti tellement emballé par la suite que je n'ose pas vous faire attendre encore plus.

Où en étions nous de mes pires vacances????

Ah oui. La garagiste nous rend notre voiture pas malade du tout (oui, oui c'est normal qu'une voiture nous lâche sur l'autoroute) et comme il se fait tard nous décidons de ne pas prendre la route mais de rester dormir chez des amis. Ça tombe bien ils ont un village vacances ainsi que des locations. Ils nous laissent donc gracieusement un studio pour la nuit.

Après une charmante soirée nous rentrons nous coucher. Le lit est un lit ancien, vous savez ceux qui sont super haut. Enfin bref... Avant de me coucher je me hisse sur le li
t, en disant à mon homme: "Fais gaffe il est haut ce lit, s'agirait pas d'en tomber cette nuit..."

5H00 BOUM
5H01 Moi: Grmphhffff zzzzzzz j't'avais dit que le lit était haut
5H02 Lui: euh je crois que j'ai un petit problème
         Moi: Grmmphhhhh mouais qoâ?????
         Lui: euh je suis coincé...
5H03 J'allume enfin la lumière (oui il en faut du temps pour que toutes les informations arrivent à mon cerveau quand je dors paisiblement) et retrouve mon mari à terre, tentant désespérément de se rasseoir.

Et oui, il était bel et bien coincé (ça vaut le coup d'être allé chez l'ostéopathe 3 jours avant moi je vous le dis).
Je me lève, l'aide à se relever, commence à masser la zone bloquée (des fois que ce ne soit que  musculaire, en chauffant les muscles on ne sait jamais). 5h30 pas d'amélioration. L'idée d'une visite au urgences commence à germer. C'est bien gentil mais je ne sais pas où elles sont les urgences et je ne vais pas appeler les pompiers pour ça.
Alors on attend. Quoi me direz vous? Notre amie commence à travailler très tôt et comme nos maisons sont mitoyennes, j'attends patiemment d'entendre un peu de bruit à côté pour aller lui demander comment aller aux urgences.

6H Je frappe chez nos amis. "Bonjour, désolé de vous déranger à cette heure là mais pourriez vous m'indiquer comment on fait pour se rendre aux urgences""Pourquoi qu'est ce qu'il y a?" "Non, non c'est rien, juste F qui est tombé du lit" (des années après on en parle encore de cette visite à 6h du mat)
6h30 Arrivée aux urgences juste après une ambulance (oups pas bon je sens qu'on ne va pas être prioritaire). On trouve une personne dans les couloirs après quelques minutes."Alors qu'est ce qu'il vous arrive?" "Euh bah je suis tombé du lit en dormant et je suis coincé" "En dormant mais bien sur!!!"

Du coup ils ont emmené mon mari et moi je suis repartie dans la salle d'attente. Ils m'ont rendu mon mari vers 9h avec une joli minerve et interdiction de conduire pendant 5 jours. Chouette!!! A moi les petites routes et la traversée de la France avec une voiture pas fiable du tout. Lui avait une super pêche, vu qu'il avait piqué un somme sur leur lit en attendant les radios et les médecins et moi j'étais complètement à la masse vu que j'étais réveillé depuis 5h et il fallait que se soit moi qui prenne la route. Génial.

Nous avons donc fait route vers Foix pour nous rendre chez des amis de la famille de mon homme, que je ne connaissais absolument pas mais qui nous avait fait un très gros cadeau à l'occasion de notre mariage donc passage obligé. Je vous passe l'arrivée dans une maison inconnue, chez des gens très âgés, qui savait que je ne mangeais pas de charcuteries mais qui n'ont servi que ça aux deux repas (du coup j'ai découvert une espèce de moutarde super vinaigrée qui vient du nord et que j'ai béni à chaque repas pour me permettre de faire passer la charcuterie). Je vous passe le panier de prunes que mon mari a pris dans ses mains et fait tomber. Et entre deux personnes âgées et un mari minervé (oui, oui je sais que ça ne se dit pas), devinez qui a été rechercher les prunes sous les meubles, hein? qui?

Étape suivante Andorre: Chouette des routes de montagnes! Moi qui adore conduire. En plus pour aller acheter un cadeau pour les copains de Toulon. Je me concentre sur les routes, j'ai beaucoup de mal avec leurs limitations de vitesse (pas à les respecter mais à savoir à combien on doit rouler et jusqu'où). Panneau 50km/h je ralenti la voiture. 50 pas de problème. FLASH. Hein? que?quoi?comment?"Eh mais j'étais à 50". Voilà que mon mari relève la tête (il était en train de chercher dans mon sac à main) et dit "euh chéri je crois que je viens de prendre le fond de ton sac à main en photo" Grrrrrr ça va que je ne suis pas cardiaque.

Bon finalement on a pas atteint l'Andorre car nous étions juste en essence et j'avais tout sauf envie de me prendre une prune par les flics (oui il parait que si tu tombes en panne d'essence sur la route de l'Andorre tu te prends une prune parce que tu vas en Andorre juste parce que l'essence est détaxée, bref vrai ou pas j'ai pas voulu tester).

Nous avons donc fini notre séjour post alpes à Toulon, chez des copains qui n'ont jamais voulu croire que mon mari dormait quand il est tombé. Comme son état ne s'améliorait pas avec le temps malgré ce qu'avait dit le doc aux urgences, nous avons finalement appelé l'ostéopathe de Laval (qui a éclaté de rire quand il a su ce qui s'était passé:"Vous dormiez!!! Mais bien sûr") pour obtenir l'adresse d'un de ses confrères sur Toulon. Après un passage chez l'ostéo (2 en une semaine pas mal quand même, enfin surtout niveau budget) mon homme a enfin pu reprendre le volant. Oufff

Et nous sommes partis gaiement finir nos vacances dans les alpes.

 Une fois rentrés au Mans nous sommes allé voir notre garagiste qui après vérification nous a expliqué qu'il y avait un problème électronique et que la voiture considérait que nous accélérions et freinions en même temps donc le moteur se mettait en "sécurité". Oui, oui c'est le mot "sécurité", surtout à 130km/h sur l'autoroute.


Et vous c'est quoi vos pires vacances (je vous invite à aller lire le récit de Sherry dans les commentaires de la première partie)?

Publié dans J'aime pas

Commenter cet article

Aurélie 14/01/2009 08:33

Excellent ! Tout à fait le genre de vacances qui peuvent m'arriver... En très condensé, mes vacances pourries les plus récentes, c'est une semaine de vacances dans la banlieue de Madrid, en amoureux... sauf que la cousine chez qui on était logé n'avait pas prévenue qu'elle et son mari partaient bosser et qu'il fallait garder les filles de 4 et 2 ans pendant toute la semaine... filles qui ont choppé la gastro... j'ai revendu le guide du routard, descriptif : jamais servi...

Mary 14/01/2009 11:58


Mdr. Au moins tu as respiré l'air de Madrid. C'est pas donné à tout le monde (comment ça je me moque?)


Babouxe 13/01/2009 16:27

Bon, je ne crois pas avoir passé de vacances pourries, mais par contre, on a un souci avec les hôtels ou hébergements lors de mariage.C'est devenu une telle blague qu'aujourd'hui les copains nous demandent où on va, pour ne pas prendre le même hôtel !

Mary 13/01/2009 17:22



Ah c'est à ce point là? faudra que tu nous le racontes dans le post mariage.



leoetlisa 12/01/2009 19:05

Je ne me souviens pas d'avoir eu des vacances pourries... d'ailleurs je me rappelle pas avoir eu de vacances.... ça c'est l'accouchement : j'ai fait un reset !

Mary 12/01/2009 19:52



Roh bah dis donc... c'est à ça que ca sert les albums photos



JCBiker 12/01/2009 11:30

Faudrait quand même envoyer un exemplaire de ton récit a chacun des protagonistes histoire de continuer de rire...Bonne journée. bises

Mary 12/01/2009 12:12



Hi hi je pense qu'ils s'en rappellent tous très bien.
Bises



Vaness6 12/01/2009 09:38

rooo lala la misere, tu m'etonnes que tu n'attendes qu'une chose "rentrer chez toi" pour que toutes ces merdes s'arretent!

Mary 12/01/2009 12:13



Oui mais bon ça ne m'a pas dégouté des vacances pour autant



Sherry 12/01/2009 08:47

Mouahhh ton mari est né sous une sacrée étoile aussi ! bon lundi

Mary 12/01/2009 12:15



Lui c'est une catastrophe ambulante en vacances. Mais pas le reste de l'année. Faut pas cherché à comprendre. La deuxième fois en république dominicaine, on a sympathisé avec un monsieur qui
s'occupait des rapatriement sanitaire des touristes, il est parti une semaine avant nous et il était persuadé qu'il finirait par nous revoir un jour en rapatriement.