Dans la mer il y a des crocodiles...

Publié le par Mary

 

Dans la vie il y a les livres que l'on lit sans trop faire attention et ceux qui vont changer votre manière de voir les choses une fois que vous aurez lu la dernière page.

 

Ce livre fait partie de la deuxième catégorie.

 

Je crois que je suis l'occidentale type qui oublie qu'ailleurs (en france ou dans d'autre pays) il y a des hommes et des femmes pour qui la vie est un combat de tous les instants, qui ne comprend pas pourquoi des gens risquent leur vie sur des bateaux en plein milieu de la mer pour risquer de se faire renvoyer dans son pays, qui ne comprenait rien à ce qui se passe en afganistan (c'est loin, ce ne sont pas nos coutumes, je ne vais pas chercher plus loin).

 

Et puis il y a eu CE livre

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41tr4fZjsqL._SS500_.jpg

 

Présentation de l'éditeur

Dix ans, ou peut-être onze. Enaiat ne connaît pas son âge, mais il sait déjà qu'il est condamné à mort. Etre hazara, une ethnie haïe en Afghanistan par les Pachtounes et les talibans, est son seul crime. Pour le protéger, sa mère l'abandonne de l'autre côté de la frontière, au Pakistan. Commence alors pour ce bonhomme " pas plus haut qu'une chèvre " un périple de cinq ans pour rejoindre l'Italie en passant par l'Iran, la Turquie et la Grèce. Louer ses services contre un bol de soupe, passer les frontières dissimulé dans le double-fond d'un camion, braver la mer en canot pneumatique, voilà son quotidien. Un quotidien où la débrouille le dispute à la peur, l'entraide à la brutalité. Mais comme tous ceux qui témoignent de l'insoutenable, c'est sans amertume, avec une tranquille objectivité et pas mal d'ironie, qu'il raconte les étapes de ce voyage insensé.

 

Mon avis:


Un livre particulièrement bien écrit qui cherche juste à raconter et n'essaie pas de faire pleurer dans les chaumières. Un livre qui explique ce qu'il se passe dans la tête des immigrés pour oser braver les dangers de la nature et les renvoi au pays. De l'abandon "nécessaire" du jeune Enaiat au travail clandestin en passant par des voyages physiquement intenables, c'est un magnifique témoignage qui m'a ouvert les yeux sur beaucoup de choses que l'on trouve banales dans nos sociétés.

Publié dans Coin lecture

Commenter cet article

Clovis Simard 11/08/2012 04:01


Blog(fermaton.over-blog.com),No-5, THÉORÈME DU DÉSIR. - Raconte Moi la Mer !!

Clovis Simard 11/08/2012 04:00


Blog(fermaton.over-blog.com),No-5, THÉORÈME DU DÉSIR. - Raconte Moi la Mer !!

Alba 24/06/2012 10:00


et comme d'habitude, tu me donnes envie de le lire !


Je rajoute !!!

fred 15/06/2012 10:46


ça remet un peu en place quand on lit ce genre de choses. Nos petits tracas semblent bien dérisoires. Dans le même style, j'ai lu un livre qui s'appelle amitiés afghanes. L'histoire
d'une fille qui travaille dans les OMG et qui raconte la vie en afghanisthan avant et après le 11 septembre. Elle menait un programme de nutrition et devait aller dans les maisons avec tout ce
que ça implique. Je l'ai trouvé vraiment intéressant .

Mary 19/06/2012 11:31



ah tiens je note au cas où je le trouverais à la bibliothèque



Catherine D 14/06/2012 18:24


Insoutenable est une notion très subjective, j'ai eu à vivre un insoutenable que j'ai soutenu des années, maintenant qu je cotoie cet insoutenable chez d'autres, je me rends compte de son
immensité... Il n'y a malheureusement pas que dans ces contrées lointaines que la vie est fragile. Tu as raison, ça remet les idées en place !


Bises

Poulette Dodue 13/06/2012 21:25


Tu m'as donné envie de le lire.(à partir de juillet )

Agnès 13/06/2012 12:13


Une invitation à le lire, je vais voir cet été. bises

Mary 13/06/2012 20:44



Tu verras il change la vision de certaines choses. Bises



Littorine 13/06/2012 11:15


Merci pour ton coup de coeur ! c'est une bonne idée de lecture. Bises

Mary 13/06/2012 20:44



Avec plaisir Bises