Pourquoi vouloir que les enfants aient des amoureux?

Publié le par Ker Mary

Quand j'étais petite (entre la maternelle et le primaire), il n'y avait pas de fille dans mon entourage. Un frère, des cousins et les copains du quartier. Mon meilleur ami s'appelait Jean Baptiste jusqu'en ce1. Après j'ai eu quelques copines mais avec les filles c'était tellement plus compliqué.

En primaire les filles avaient des amoureux. Enfin disons plutôt que les gars avait des fans club. Il y avait Grégory et Ludovic autour desquels tournaient les Emilies, Aurelies et tout la clique. J'ai toujours regardé ça de loin, indifférente et trouvant l'idée profondément débile (enfin jusqu'à la puberté, les hormones, tout ça...).

Aujourd'hui je suis Maman et s'il y a bien une phrase qui me hérisse les poils sur le dos c'est "alors tu as une amoureuse?".

Non mais sérieux... pourquoi les adultes veulent ils absolument que les enfants aient des amoureux? On ne peut pas leur ficher la paix avec ça? ils auront bien le temps d'avoir des chéri(e)s et de se compliquer la vie avec ce que cela engendre.

Ce que je déplore surtout c'est que ça ne leur apprends pas à avoir des amis. Et à mon sens les amis pour leur âge, c'est bien plus précieux qu'un amoureux parce que les amis c'est ce qui va leur permettre de se construire dans les années à venir. Et que pour se construire il faut de la mixité. N'avoir que des copains garçons limite les champs des possibilités (ok pour apprendre les règles du foot c'est pratique, mais pour savoir faire un équilibre on repassera).

Mon fils est rentré dans ce jeu vers l'âge de 4/5 ans. Il me disait de temps en temps "tu sais X c'est mon amoureuse", je comprenais à travers les mots, qu'il aimait bien jouer avec elle. Surtout quand Y venait me raconter que mon fils changeait tout le temps d'amoureuse (non mais sérieux tu réponds quoi à une gamine de 5 ans qui vient te dire cela? "tu sais dans la vie les mecs...bref tu comprendras quand tu seras plus grande").

Mon fils a grandi, il a 6 ans maintenant. Je découvre le mardi soir au judo mon fils qui s'éclate avec trois filles de sa classe mais qui le jeudi matin ne leur adresse pas la parole parce que sinon ses copains de classe vont se moquer de lui en disant qu'il a une amoureuse.

Il n'y a pas de honte à avoir une amoureuse (je me rend bien compte que certains enfants ont de vrais coup de cœur très jeune) mais il n'y a pas de honte non plus à avoir des ami(e)s du sexe opposé. Et je suis persuadée que si on ne leur montait pas le bourrichon avec nos histoires, ils se poseraient beaucoup moins de questions dans leur relations aux autres et ne se mettrait pas déjà un frein envers le sexe opposé à 6 ans.

Parce que oui l'amitié garçon/fille existe et n'est pas juste une histoire d'amour sous latente. Mais si on ne leur explique pas à 6 ans comment voulez-vous qu'ils le vive pleinement à 36?

 

Commenter cet article

Frédéloumaliya 11/04/2014 21:37

Très très bien dit!!!!

Ker Mary 11/04/2014 21:56

Est ce que c'est pareil en allemagne?

Béatrice 10/04/2014 17:36

J'ai remis au goût du jour le mot "camarade", pour parler des "copines" des Mecs ...
"C'est ma camarade, pas ma copine" disait Grand Mec N°2 au collège à propos d'une fille avec qui il s'entendait super bien, au moins c'est clair ;-)

Ker Mary 11/04/2014 11:59

Ah super idée je note

wilmo 10/04/2014 17:16

quand moi j'étais jeune, les écoles n'étaient pas mixtes, ce qui finalement semble être une bonne chose à lire ton article... quand je suis arrivée au collège, l'enseignement était devenu mixte, mais les classes n'étaient composées que de filles ou de garçons, avec des horaires de récré différents (oui madame). Et puis je suis allée en littéraire au lycée, une option qui n'attire pas vraiment les garçons (ils étaient 3 dans ma classe, de la seconde à la terminale et ils se serraient les coudes, lol).
mon garçon est allé dans une école mixte mais je ne me souviens pas de ce genre de question (on leur demandait plutôt s'ils étaient sages, ou leur matière préférée, ou ce qu'ils voudraient faire quand ils seraient grands, parents esclavagistes qu'on était).

Ker Mary 11/04/2014 11:59

Je penses qu'à ton époque et à la mienne c'était moins prononcé, je ne me rappele même qu'on m'ait posé la question. Mais c'est incroyable le nombre de fois où je l'ai entendu poser à mes enfants. Après "tu vas à l'école?" et "elle est gentille la maitresse?" y a obligatoirement le droit à "t'as un amoureux?" et s'ils jouent avec un enfant d'un autre sexe hop il est catalogué direct (y a même des gamins qui se font des bisous sur la bouche à 6 ans)